h1

Déménagement virtuel: cadeau d’anniversaire!!!

novembre 3, 2008

ellepaniqueblack


(Il ne se passera plus rien d’intéressant ici, je vous conseille la nouvelle adresse branchée: www.ellepanique.com)

Grâce à un généreux donateur dont je tairai l’identité (même sous la torture… mais peut-être pas en échange d’une luxueuse paire de talons hauts, grandeur 36), j’ai maintenant un joli petit coin de paradis où vous recevoir. Un endroit confo et girly EllePanique.com se fera un plaisir de vous écrire, de vous lire et d’échanger avec vous.

Où est-ce?

Ici, de l’autre côté du miroir!

J’espère que vous viendrez m’y rejoindre en grand nombre!

Ajustez donc vos flûtes à champagne (et vos flux RSS), car c’est ici que je pends la crémaillère!

Encore bien des heures de plaisir à prévoir!!!

Bisous

Panique


h1

À vous

novembre 3, 2008

Ce matin, dans un congé non justifié (mais ô si apprécié), derrière le col de mon chandail de laine façon kimono, je respirais l’air frais d’une journée prometteuse au mercure.

J’ai eu une bonne pensée pour vous. Pour ce blogue, pour mes mots et le bonheur que j’ai à parcourir le clavier ibook de mes ongles vernis.

C’est si bon vieillir, sachant que vous aimez me lire.

Attachez vos tuques chers lecteurs, je ferai encore un changement de cap bientôt.  Dans cette vie, il faut être zen et ne faire qu’un avec le changement et la nouveauté.  Dans ma relativité toute personnelle, je stagne, immobile des pieds sur mon socle d’éternelle girouette.

Merci d’être au rendez-vous décousus de cette Panique parfois sympathique.

h1

Anniverrrrrrrrsaire! (prise 2 même si c’est pas le même titre)

novembre 2, 2008

Merci à tous pour les bons voeux!

Alors, me faites-vous la bascule à la gang?

Bon! Maintenant, je pense que c’est le temps d’ouvrir les cadeaux! Je commence par qui???? 😀

h1

Encore?

novembre 2, 2008

J’étais à la rédaction du billet précédent, et Loup a encore pété!

Tsé moi je me retiens.  J’essaie d’avoir l’air distinguée!

Mais lui, il est si heureux qu’il en oublie ses sphincters!

Et vlan, un vent échappé au passage!

Est-ce que c’est moi le problème?

Devrais-je lui répondre par la bouche de mes cannons?? 😀 😀 😀

****

Les tentatives de corruption de Loup:

1.Je vois pas pourquoi tu blogues là-dessus, ça intéresse personne ça!

2. Si tu postes ça, j’en fais un autre!

h1

C’EST MA FÊTE

novembre 1, 2008

28 ans!

WOUHOU!

C’est tout! Maintenant, gâtez-moi donc de vos plus beaux voeux!

h1

La suite du teaser: L’amour en après-ski sans ski

novembre 1, 2008

Il y avait une envie de sexe dans l’air.

Mais il y avait aussi un p’tit froid dans l’air, un froid qui pénètre la peau jusqu’aux os.

Nous étions dans nos look d’après-ski respectifs: pantalons de pyjama, polar, gros bas de laine.

Nous avons remué ciel et terre pour nous négocier quelques désirs dans nos habits car il n’était pas question de se dévêtir. Il n’y a eu que Loup, excité par mes seins sous le polar, qui a osé retirer son chandail pour ressentir contre lui mes rondeurs sous cette douceur.

Nous avions si bien réussi notre séance de motivation respective que de coups de bassin en coups de bassin, nous avons détruit le lit qui s’est écroulé sous notre détermination à nous emboîter dans tous les angles.

Malheureusement, Loup s’est coincé un nerf dans la hanche, ce qui lui ordonna d’exécuter sur le champ une danse de douleur, moitié penché moitié écroulé au sol, en poussant des petits cris de douleur et de surprise, alors que le bout de son pénis qui pointait hors de son pyjama rebondissait au rythme de ses gémissements.

Heureusement, tout ceci s’est déroulé en post-orgasme, bien au chaud dans nos habits d’après-ski sans ski.

h1

Nous discutions tout bonnement…

octobre 31, 2008

Et voilà ce que je lui ai servi, out of the blue:

«Non mais j’va t’en chier moi, des croissants de soleil pour déjeuner»

Sa réaction?

Incertaine!

Ma réaction?

Gêne. Maudite censure décalée!

***

Notes personnelles pour le prochain billet: Sexe, Danse, Polar, Lit brisé, après ski.

h1

Top 5 des sujets ennuyants ces jours-ci:

octobre 30, 2008

5. Le prix de l’essence

4. La valeur du dollar/crise économique

3. Le froid/le vent/la température

2. Les élections (fédérales, provinciales, américaine)

1. Les fucking pneus d’hiver

Moi j’ai besoin de wow, de sourires, de créativité, de cerveaux qui allument le mien et font briller mes yeux. Une chance qu’il y a VLOG pour la dose hebdomadaire de folies créatives contagieuses! Merci les garçons (lui et lui)!!

h1

La triste histoire de mon pâté chinois

octobre 30, 2008

J’ai un petit stress supplémentaire à écrire des banalités, étant donné qu’il y aura sans doute de nouvelles lectrices jet-set qui aterriront ici via l’encart dans Clin D’oeil!  Tant pis!

Tante Clau m’avait invitée, un soir de semaine, pour une bouffe maison improvisée. Heureuse, je m’y suis dirigée seule, rapidement, le foulard enroulé jusqu’aux cils du bas.

Elle avait fait son pâté chinois. Non pas un pâté chinois qui se tient en carré, steak-blé d’inde-patate-that’s-it. Non! Un pâté chinois crémeux, onctueux et épicés pour réchauffer l’âme.

En quittant tante Clau pour retourner affronter le froid jusqu’au lucky seven, elle m’a tendu un plat glad (ç’aurait été plus chouette si ça avait été un tupperware, question de rester dans le old fashion, mais c’était un plat mono-usage glad) débordant de pâté chinois déposé délicatement pour ne pas tout mélanger les couches.

«Pour réchauffer le palais et le coeur de ton amour» qu’elle m’a glissé à l’oreille entre deux becs sonores. J’ai mis le plat dans mon sac à main dimension poche-de-hockey-mais-raffiné et je fonce.

Ce matin, je me suis réveillée en sursaut. En sursaut, et fâchée. Contre moi. J’AVAIS OUBLIÉ LE PÂTÉ CHINOIS DANS MA SACOCHE TOUTE LA NUIIIIIIIIIIIIIT!

J’ai avoué le crime à l’amoureux. Il m’a pardonné.  Mais moi, je ne me suis pas pardonnée. J’ai un brin honte d’avoir oublié. Il trône sur le comptoir, incapable de le jeter, trophée pour mon cuisant échec. Je ne serai jamais capable de l’avouer à tante Clau. Il y avait tellement d’amour concentré dans ce petit plat.  J’ai déjà coatché l’amoureux pour répondre à tante Clau que c’était délicieux, si un jour elle lui demande.

h1

Panique, védette du net : REVUE CLIN D’OEIL

octobre 30, 2008

Wow! Je suis une petite vedette du net! Voici qu’on parle de mon déménagement d’adresse de blogue dans le magazine Clin d’Oeil! Si je m’attendais à ça!

Je suis aux petits zoizeaux! Je saute de joie! (je devrais la jouer glam et détachée, mais non, je suis surexcitée comme une gamine! JE SUIS DANS UN MAGAZINE!)

Merci à ceux qui ont pensé à moi chez Clin D’Oeil.

Je vous souhaite la bienvenue chez moi, lectrices du Clin d’Oeil!

Voici l’encadré ( page 100) du Clin d’Oeil de décembre.

h1

Moi moi moi… et un brin de toi

octobre 29, 2008

Moi je suis un brin déçue. En fait, la complexité de mon être et mon âge m’empêchent de ne sentir qu’une seule émotion. Je suis donc déçue et anxieuse.

Sur ce blogue et son personnage, cette Panique électrique, vous pouvez bien dire ce que vous voulez.  Mais il n’en va pas de même sur l’auteure.

Avez-vous remarqué mon nom sur ce blogue? Non? Et bien il doit y avoir une raison. Laquelle? Je la garde jalousement pour moi, mais je vous assure qu’elle est raisonnable. Alors si vous faites partie du petit nombre qui connait ma réelle identité, je vous serais reconnaissante de la garder pour vous.

En gros, les gens que je ne connais peuvent parler de mon blogue à leurs proches (je vous y encourage même!) mais les gens qui me connaissent ne sont pas encouragés à partager mon blogue à des gens que je pourrais rencontrer par la suite et savoir qu’il s’agit de moi.

J’espère qu’on se comprend. Que vous m’aimiez ou pas, j’aimerais que vous respectiez les volontés de l’auteure de ce blogue.

h1

Mon coeur s’étire

octobre 29, 2008

Il s’étire, parce que les gens qu’il contient s’éloigne.

Je suis montréalaise et urbaine. Je marche, je roule à vélo et je prends le transport en commun. J’aimerais dire que ce choix est purement écologique, mais comme je suis financièrement dépourvue, je n’ai pas du tout les moyens de m’acheter une voiture.

Je me sens toujours «pas à la hauteur», «éternelle ado» quand je dois me trouver un lift, un peu comme quand je profite d’un souper chez ma mère pour faire mon lavage.

Alors voilà, je vais cracher le morceau: Mireille, je t’aime comme une soeur, mais que tu déménages à Candiac avec ton amoureux, ça me déchire. Refuser ton invitation encore plus.  J’ai le coeur qui tire comme ma peau sèche qui crie «à l’aide» en réponse à la promesse d’hiver.

« On va pas se perdre hein? Dis-moi qu’on va pas se perdre Mireille. Promets-le moi. »

h1

Mon anniversaiiiiiire samedi!

octobre 28, 2008
h1

Messages lancés dans le vide

octobre 28, 2008

J’ai besoin, une fois de temps en temps, de vider mon sac réutilisable, question de ne pas refouler ces mochetés qui se transforme en insomnie puis en ulcères. Alors voici mes vracs du jour:

Monsieur le chauffeur d’autobus, quand vous attendez au feu rouge et que vous avez légèrement dépassé l’endroit où vous embarquez habituellement les passagers, deux choix s’offrent à vous quand je cogne doucement à la porte: a) me laisser entrer parce qu’il pleut, par bonté ou par habitude et b) ne pas m’ouvrir la porte car je ne suis pas vis-à-vis l’arrêt. À noter que SI vous décidé de me laisser entrer, vous n’avez pas le droit de me faire la morale. Moi je dis: gardez votre haine pour les mamans qui entrent avec des poussettes immenses à l’heure de pointe.

Chère patronne, je t’aime beaucoup et, puisque le bureau est petit, mon partageons souvent notre espace personnel, mais la salle de bain ne sera JAMAIS une salle de réunion, prière de me laisser uriner en paix.

À la technicienne en informatique qui a son bureau à côté du mien, si tu refuses de régler mes pépins, peux-tu au moins me mettre administratrice de mon ordinateur pour que j’arrête de te harceler?

Au chauffeur de taxi: ton tarif il est trop cher si tu m’obliges à écouter ton hockey. Parcontre, si tu me mets du zouk ou si tu t’intéresses à mes goûts musicaux, je te donnerai un large pourboire, parce que la musique ça fait vibrer le coeur des clients.

Au vieux monsieur qui m’a laissé passer devant lui à l’épicerie car j’avais 8 articles et lui 103 (chiffre approximatif): votre gentillesse m’a fait sourire TOUTE la journée!

La margarine Becel or à saveur de beurre: C’est la MEILLEURE invention après la roue!

h1

Élections

octobre 27, 2008

Si Charest pensait « La population ne s’est pas offusquée contre les élections déclenchée par Harper, elle ne se fâchera pas contre les miennes et même si elle se fâche, ça ne paraîtra pas le jour du scrutin »  il se fou le doigt dans l’oeil jusqu’au coude.

ON EN A MARRE des élections. Oui oui! Elles nous ont laissé un goût amer, les dernières (330 millions pour le même résultat – Merci le Psy pour la précision), il y a de forte chance pour qu’on déteste les suivantes aussi.

Si j’avais pu dissoudre ma famille chaque fois que je ne m’entendais pas avec un des membres, je n’aurais jamais eu de plomb dans la tête et j’aurais sans doute fait des bêtises.

Chère Mme Mikaëlle Jean, pouvez-vous vous objecter poliement?

À la question « Comment gérer adéquatement la présente crise économique? » Je ne comprends pas par quelle logique on arrive à la réponse « en dépensant beaucoup trop d’argent sur des élections! »

Info: Les élections devraient être déclenchée au lendemain des élections américaines (donc le 5 novembre) et le vote aurait lieu le 8 décembre.  Moi j’y vois un seul avantage: on prend tous congé le 8 décembre et on en profite pour acheter nos cadeaux de Noël!

Mme Marois, c’est à vous que je ferai mon cadeau de Noël en avance!

h1

Retour pogressif; mon cul

octobre 27, 2008

Depuis que je suis malade, je gère mon horaire en retour progressif.

Mais là, j’ai mal réfléchi mon horaire et je dois travailler TOUS les jours ce cette semaine.

Je sais que ça peut paraître banal, mais pour moi c’est un BIG DEAL.

Oufff… on prend une grande respiration et on se lance! Go! Go! Go!

h1

Ce matin

octobre 27, 2008

La matin, je suis dyslexique du réveil.

Je suis incapable de lire l’heure sur le cadran et de l’exprimer clairement.

Du coup, je te fais TOUJOURS capoter.

Voici un extrait:

Panique: *brassant vigoureusement l’homme à ces côtés* Chaton, réveille toi, il est 7h20.

Loup: HEEEEEEEEIN? *dit-il avec du spring dans les muscles*

Panique: (mi-endormie) *petit râlement* heu… non.. heu… 7h moins 20.

Loup: Ah!

Est-ce que tu me pardonnes, si je t’avoue être retombée amoureuse de toi ce matin?

*clignement de cils*

h1

Incapacité

octobre 26, 2008

Je ne suis plus capable de faire la grasse matinée.

Je n’y peux rien.

Je me réveille à l’aube pour sentir sa peau d’homme, la respirer à fond sous tous ces plis et la couvrir de doigts, de paumes et de baisers.

Je m’emballe à chaque fois; incapable de me rendormir.

«Bon matin l’amour!»

Vivement les siestes post-sexe!

h1

Un billet à visualiser

octobre 25, 2008

On dit que la haine est proche de l’amour.

Et bien nous, on se situe de l’autre bord de l’amour.

(Si vous avez bien suivi, l’amour est coincé entre nous et la haine, mais no way qu’on se frotte à la haine nous.)

h1

Discussion au sommet

octobre 24, 2008

Loup: Toi là, si un gars te demandait de te voir nue en échange de 5 000 piasses, le ferais-tu?

Panique: Bien ouais! Ça te dérangerait?

[… discussion sur les détails de l’entente…]

Panique: Pis toi, le ferais-tu pour 5 000 balles?

Loup: Bien oui! Ça te dérangerait pas?

Panique: Non, mais on partage 50/50! *Sourire béat*